Arenberg donne meilleure mine à l’image - 2ème partie



Objectivement, on pourrait se demander comment on arrive à choisir la filière cinéma/image pour redonner vie à un ancien site minier du Valenciennois… Mais justement, n’est-ce pas dans la nature du Valenciennois de travailler en écosystème et de trouver un niveau supplémentaire d’utilisation des sites en allant vers l’innovation, vers les nouvelles technologies, en adoptant un pari audacieux ?

La volonté des élus, qui se perpétue avec la même énergie et la même logique, sous la nouvelle mandature, est de faire du lieu un centre d’innovation sociale et technologique et de ne surtout pas opposer l’homme à la machine, ni de se dire que le site est fermé sur lui-même, sans connexion avec son territoire : ce qui arrive ici doit servir le territoire.

C’est ainsi que la programmation d’Arenberg s’adresse aux habitants, avec une optique de qualité et d’accessibilité, ce qui n’est en rien incompatible.

« Quand on accueille un tournage, notre but est d’abord de faire travailler les opérateurs du territoire ; si l’on reprend l’exemple de Germinal, on a fait appel à des restaurateurs du coin, tout comme l’entretien des espaces verts et ce sont nos prestataires habituels locaux qui bénéficient des projets qui sont réalisés ici. Nous sommes d’ailleurs en train de réfléchir avec différents acteurs du secteur pour renforcer cet ancrage territorial ; pour être honnête, il n’est pas pensable de s’auto-déclarer Pôle d’excellence Image ou Centre d’Innovation : il faut une reconnaissance extérieure, construite sur une image crédible. Les élus se sont attelés au démarrage, juste après la reconversion, pour que le site puisse être raccroché à des locomotives attractives de la région, comme Pictanovo (Tourcoing) dans le domaine de l’image.

Et le but n’est pas de rester à niveau constant : à chaque fois que l’on peut, on fait mieux.

Aujourd’hui, en termes de valorisation touristique, tout le monde ne peut pas revendiquer d’être inscrit au bassin minier Unesco* ; c’est d’abord le privilège de notre territoire et nous devons aller chercher toujours mieux, pour que les habitants soient fiers de leur territoire et qu’ils décident de s’y ancrer, de s’y installer. Nous avons des jeunes de Valenciennes qui font leurs études ici et qui se disent que demain, il y a des bureaux qui les attendent, des projets sympas… Nous arrivons à capter des talents et à les conserver – dans l’idéal sur notre territoire, mais au moins en région.

J’insiste sur le choix qui a été fait dans le Valenciennois, qui est high tech mais aussi social : ok pour rayonner si la population en profite, tous âges confondus, que l’on habite en ville ou à la campagne. Pour le festival VR (voir notre brève « Energies Positives » du 1er avril – sans poisson), tout a été rapidement réservé pour le mode click and collect… Par des gens du territoire. Et pourtant nous avons fait très peu de publicité (avec les différentes situations sanitaires qui se succédaient très rapidement, on ne savait pas trop si le festival allait pouvoir se maintenir), mais tout est parti tout de suite.

Il y a un réel engouement des habitants du territoire pour ce qu’il est en train de devenir.

Quand on parcourt les différentes rubriques du site internet d’Arenberg Creative Mine, on s’aperçoit assez rapidement qu’il y a une exploitation aussi intensive qu’intelligente du lieu : « nous travaillons énormément avec notre Office de Tourisme (de la Porte du Hainaut) et nous travaillons également avec d’autres partenaires pour pouvoir construire des propositions cohérentes – on ne veut pas partir dans tous les sens – avec le fil conducteur de l’image et du patrimoine, ce qui laisse pas mal de latitude.

Les deux thématiques se marient bien et permettent d’imaginer des projets comme différentes formules d’animation à proposer lors de séminaires d’entreprise, toujours en articulant nos offres autour du patrimoine local et de l’image. L’idée est d’être opérationnel lorsque les séminaires pourront recommencer. Nous avons des sollicitations pour des tournages, mais c’est encore confidentiel. Ce que je peux dévoiler, c’est que cela concerne plusieurs formats d’adaptation : séries, clips, longs et courts métrages. Ce sont des premiers contacts, des repérages, avec toutes les incertitudes que l’on subit en ce moment du COVID, qui rebalaie totalement les cartes. Pour le court et la série, ce sont plutôt des gens intéressés par les studios, le clip, des ambiances de certains intérieurs ; quant au long métrage, ce sont plutôt pour les extérieurs liés au patrimoine minier.

Par exemple, sur Germinal (la série), contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils ont beaucoup tourné en intérieur, avec notamment nos studios équipés en fond vert. Nous avons aussi des systèmes de motion capture (technique permettant d'enregistrer les positions, rotations d'objets, ainsi que les mouvements et expressions d'êtres vivants, pour donner plus de naturel et plus de vie aux créations réalisées sur ordinateur), des grues télescopiques… Tout un éventail d’équipements qui permet aux équipes de tout louer sur place, au lieu de le faire venir de Paris, Bruxelles, …


Scoops et suspense…

Pour l’instant, les pistes que nous explorons avec les nouveaux partenaires sont également confidentielles parce que nous travaillons la programmation de manière à être compétitifs et que nous ne pouvons pas griller nos cartouches maintenant, alors que la situation n’est pas revenue à la normale. Mais nous sommes sur des choses à la fois très simples, pas du tout high tech, mais qui permettent de découvrir le patrimoine autrement et d’autres qui concernent un public à qui on peut demander des efforts un peu plus physiques et des outils plus technologiques… Nous réfléchissons également à notre circuit de visite, puisqu’auparavant, nous n’avions que des circuits intérieurs, mais le COVID a permis de réinterroger nos pratiques et l’Office du Tourisme avec l’association de Wallers qui travaille sur nos visites guidées repensent en ce moment des visites en extérieur. Nous nous adaptons à différentes formes et c’est notre manière de positiver dans le contexte actuel. Le fait de devoir mettre entre parenthèses des activités phares comme les séminaires ou l’événementiel nous amène à réfléchir différemment. "

N’est-ce pas une expression d’une certaine aptitude à la résilience ?

"Notre territoire au sens large, a toujours cherché à rebondir où les élus savent faire force commune et allier leurs forces pour proposer un renouveau ; l’idée est de rester dans cette dynamique à la fois de changer l’image mais aussi de pouvoir offrir un futur aux générations à venir. Il y a énormément de mobilisation pour conserver certaines industries ou pour soutenir leur transformation. Le fait d’avoir réussi à articuler cette candidature Unesco ou de créer ce Pôle d’excellence Image a nécessité d’arriver à des accords entre différentes structures politiques, dans l’intérêt des citoyens et des entreprises. Et là-dessus, le Nord et le Pas-de-Calais ont cette sensibilité de se dire « allez, on se serre les coudes, on fait front commun et on y va tous ensemble »





J’ai beaucoup cotoyé les équipes de Germinal, puisqu’ils sont arrivés en construction de décors début octobre et sont repartis fin janvier, après les tournages. Hier, j’avais un appel de pure sympathie de l’un des régisseurs et il me disait que l’accueil qu’ils avaient eu dans le Nord était fantastique, et je pense que l’on a plein d’atouts et que mieux on arrivera à les valoriser mieux ce sera. J’entendais une interview sur le tourisme de demain et je suis persuadée que nous avons une carte à jouer dans ce domaine : les gens vont chercher des choses plus proches de chez eux, un retour aux sources, des animations qui offrent du sens… Alors, je prêche pour ma paroisse, mais à Créative Mine, nous sommes au cœur d’un Parc Régional, très bien desservis en termes d’autoroutes, nous proposons du sens à voir, à comprendre, des racines pour se construire, une offre adaptée sur la marche, la santé, le bien-être, la Trouée d’Arenberg, la Mare à Goriaux ou encore le Parc de loisirs de Raismes, qui sont des lieux de promenade très appréciés et très fréquentés… Enfin, en période normale !"

(photos Arenberg Creative Mine)

*Bassin minier Nord-Pas de Calais Patrimoine mondial (bassinminier-patrimoinemondial.org)

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout